Sommaire

Une lymphocytose est une augmentation du nombre de lymphocytes dans le sang.

Elle peut être transitoire lorsqu'elle est réactionnelle à certaines affections bénignes, mais en cas de chronicité elle peut être le symptôme d'une maladie cancéreuse du sang. Faisons le point ensemble.

Lymphocytes : qu'est-ce que c'est ?

Les lymphocytes sont des cellules sanguines, ils font partie des globules blancs appelés aussi leucocytes. Leur rôle et de participer aux défenses immunitaires de l'organisme.

Les lymphocytes circulent dans le sang mais on en trouve une grande partie dans les organes du système immunitaire : ganglions, rate, amygdales, thymus, tissu lymphoïde intestinal, moelle osseuse.

On distingue deux types de lymphocytes :

  • les lymphocytes B (rôle dans l'immunité dite humorale : transformation en plasmocytes, qui fabriquent des anticorps) ;
  • les lymphocytes T (rôle dans l'immunité dite cellulaire).

La formule sanguine ou hémogramme est un examen sanguin réalisé en médecine de routine, un peu comme un bilan de débrouillage. Elle permet de quantifier les cellules sanguines circulant dans le sang.

Elle comptabilise le nombre de leucocytes, répartis en lymphocytes et polynucléaires. Les valeurs normales des lymphocytes sanguins chez l'adulte se situent entre 1 et 4 G/L.

Une lymphocytose correspond à un nombre excessif de lymphocytes circulant dans le sang. Les  seuils varient en fonction de l'âge :

  • chez l'adulte : > 4 G/L ;
  • chez l'enfant : > 8 G/L ;
  • chez le nourrisson :  > 11 G/L.

Une lymphocytose est chronique lorsqu'elle persiste au-delà de 3 mois. Une lymphocytose persistante doit faire l'objet d'un bilan approfondi car elle est parfois le signe de la phase circulante d'une atteinte lymphoproliférative maligne.

Différentes causes de lymphocytose

Circonstances de découverte de la lymphocytose

Une lymphocytose est une anomalie fréquente, découverte souvent de manière fortuite à l'occasion d'un bilan sanguin. Elle peut être observée dans certaines affections bénignes, elle est alors transitoire et sans conséquences. C'est le cas la plupart du temps.

Elle peut être retrouvée lorsqu'un bilan sanguin a été réalisé devant des symptômes tels que des ganglions augmentés de volume (adénopathies), ou une augmentation du volume de la rate (splénomégalie) et du foie (hépatomégalie).

Lymphocytose réactionnelle d'une situation bénigne

Une lymphocytose transitoire s'observe dans un certain nombre d'atteintes bénignes. Il s'agit très souvent de maladies virales. On peut citer :

  • les infections virales : virus d'Ebstein-Barr (mononucléose infectieuse), CMV(cytomégalovirus), coqueluche, rubéole, oreillons, rougeole, varicelle, VIH, herpès, hépatites, maladie de Carl-Smith ;
  • les infections parasitaires : toxoplasmose, paludisme ;
  • les infections bactériennes ;
  • les situations de stress intense : traumatisme, infection grave, infarctus du myocarde, crise d'épilepsie, crise drépanocytaire ;
  • les maladies inflammatoires chroniques (sarcoïdose), maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde) ;
  • après une ablation de la rate (splénectomie) ;
  • une réaction immuno-allergique à des médicaments ;
  • le tabagisme chronique.

Lymphocytose et hémopathies lymphoïdes

Une lymphocytose chronique résulte parfois d'une maladie dite lympho-proliférative, dans laquelle des lignées de lymphocytes prolifèrent de façon anormale et envahissent certains organes ou le sang. On parle d'hémopathie car c'est une maladie du sang, lymphoïde car elle touche les lignées lymphocytaires.

Certaines formes sont chroniques, mais parfois la maladie peut être plus agressive. Les hémopathies lymphoïdes les plus rencontrées sont :

  • la leucémie lymphoïde aiguë ;
  • la leucémie lymphoïde chronique ;
  • le lymphome diffus à grandes cellules B ;
  • le lymphome folliculaire ;
  • le lymphome de la zone marginale ;
  • le lymphome lymphoplasmocytaire et maladie de Waldenström ;
  • le lymphome de Burkitt ;
  • le lymphome T de l'adulte à HTLV1 ;
  • la leucémie lymphoïde à grands lymphocytes granuleux.

Lymphocytose : quels examens complémentaires ?

Lorsque la formule sanguine retrouve une lymphocytose, on procède à un frottis sanguin afin d'orienter le diagnostic : le biologiste ou l'hématologue observe un échantillon de sang au microscope afin d'étudier la morphologie des lymphocytes.

Certaines morphologies sont caractéristiques d'états réactionnels ou de certaines maladies sanguines. Parfois, en cas d'orientation vers un syndrome lymphoprolifératif, d'autres examens sont utiles pour préciser le diagnostic :

  • L'immunophénotypage des lymphocytes sanguins : c'est un procédé qui permet, au moyen d'un cytomètre de flux, d'identifier les populations de lymphocytes en reconnaissant leurs antigènes de surface.
  • Un examen de moelle osseuse : il permet de rechercher une infiltration de lymphocytes dans la moelle osseuse et de rechercher une atteinte des autres lignées sanguines.