Sommaire

À l’origine des infections, on trouve des virus ou des bactéries. Klebsiella pneumoniae cause justement des infections au niveau des voies urinaires et pulmonaires. De quoi est-elle responsable exactement ? Le point dans notre article.

Klebsiella pneumoniae : définition

Klebsiella pneumoniae est une bactérie naturellement présente dans l’organisme :

  • Elle fait partie de la famille des Enterobacteriaceae et comporte cinq sous-espèces.
  • Il s’agit d’une bactérie dite Gram négatif.
  • Elle est un germe commensal (c’est-à-dire qu’il ne provoque de maladie qu'à condition que le sujet se fragilise) du tube digestif et des voies aériennes supérieures.
  • Elle peut donc devenir pathogène dans certaines conditions : chez les personnes présentant des défenses immunitaires diminuées (on parle de personnes immunodéprimées), chez les personnes alcooliques ou encore diabétiques.
  • Elle est l’espèce du genre Klebsiella, la plus pathogène pour l’humain.
  • On la trouve aussi chez des animaux.

Klebsiella pneumoniae est fréquemment isolée de l’environnement, et notamment des eaux usées, du sol, etc.

Klebsiella pneumoniae : conséquences

La bactérie est à l’origine de nombreuses affections, et notamment :

  • des angines ;
  • des infections pulmonaires comme la pneumonie, des abcès pulmonaires d’origine communautaire (désigne un type d’infection qui se propage au sein d’une population vivant dans un milieu restreint) ou nosocomiale ;
  • des infections urinaires ;
  • des septicémies (infection généralisée de l’organisme, due à la présence de micro-organismes pathogènes et à une dysrégulation de la réponse immunitaire de l’organisme avec un risque de décès élevé. Lorsque cet état aigu est caractérisé par une défaillance circulatoire et une souffrance cellulaire majeure, on parle de choc septique).

Klebsiella pneumoniae : un problème de résistance aux antibiotiques

La résistance aux antibiotiques est un véritable problème :

  • C’est un phénomène qui se généralise.
  • La sélection naturelle permet aux bactéries les plus tolérantes aux antibiotiques de survivre et de se reproduire, pour devenir dominantes au sein des populations.

Malheureusement, Klebsiella pneumoniae s’avère en être un parfait exemple :

  • D'une part, elle est naturellement résistante aux pénicillines (comme l’amoxicilline qui est pourtant prescrite en première intention et qui est l'antibiotique le plus consommé).
  • D'autre part, le germe a également acquis une résistance à d’autres antibiotiques, comme les bêtalactamines ou les céphalosporines.

Elle devient donc de plus en plus difficile à traiter. Néanmoins, le CHMP (Comité des médicaments à usage humain de l’Agence européenne des médicaments) a recommandé d’accorder une autorisation de mise sur le marché à Recarbrio® pour le traitement des infections dues à des organismes aérobies à Gram négatif chez les adultes disposant d’options thérapeutiques limitées.

On peut quoi qu'il en soit se référer à l'espace en ligne Antibio'Malin qui a pour objectif d'améliorer la connaissance des infections courantes et des traitements antibiotiques et ainsi de prévenir le phénomène d'antibiorésistance (« la consommation d'antibiotiques en France demeure 30 % supérieure à la moyenne européenne », indique Santé publique France).

Pour aller plus loin :

  • Helicobacter pylori est une bactérie qui l’on trouve dans l’estomac. Elle est susceptible de causer des infections chroniques, mais aussi des ulcères. On vous dit plus.
  • La pneumonie est une infection des poumons d’origine virale ou bactérienne, le saviez-vous ? Pour en savoir plus sur la pneumonie, c’est par ici.
  • Tuberculose, pneumonie, ou encore abcès des poumons… Quels sont les symptômes de ces infections pulmonaires ? Comment en venir à bout ? On vous explique.

Ces pros peuvent vous aider