Angines chroniques : faut-il enlever les amygdales ?

Sommaire

 

Les infections peuvent à terme provoquer des angines à répétition car elles fragilisent les amygdales. Cela favorise les « cryptes », sortes de réservoirs de germes prêts réinfecter l'organisme à la moindre faiblesse des défenses immunitaires.

Quand parle-t-on d'angine chronique ?

On considère qu'une personne est sujette aux angines chroniques quand elle en est atteinte plus de 3 fois par an pendant 3 ans ou 5 fois par an en 2 ans. On prend en compte les angines d'origine virale ou bactérienne dans la répétition.

Lire l'article Ooreka

Des symptômes de l'angine chronique sont notamment la présence constante d'amygdales gonflées, pendant et hors des inflammations. Elles peuvent être soit très dures, soit molles et suintant un liquide infectieux.

Amygdalectomie : une opération bénigne

Cette opération est bénigne et s'effectue sous anesthésie générale.

Une semaine après l'opération, les patients ne peuvent cependant pas manger solide et sont limités aux soupes et purées tièdes, yaourts et autres aliments relativement liquides.

La suppression des amygdales est sans appel : le patient ne sera plus jamais sujet aux angines !

Dans quels cas ?

L'amygdalectomie (ablation chirurgicale des amygdales) est indiquée en cas :

Qui est concerné ?

Les amygdales grandissent en même temps que l'enfant pour atteindre leur maximum de volume vers 6 ans. Leur rôle est essentiellement d'être un rempart aux infections. À partir de la puberté elles diminuent une fois que leur rôle de filtre est moins important.

Il arrive cependant qu'elles emmagasinent des germes et deviennent de véritables foyers infectieux.

Même si elle reste parfois indiquée dans des cas précis et que beaucoup d'interventions ont lieu entre 3 et 4 ans, on pratique moins l'amygdalectomie chez les enfants.

Traitements sans amygdalectomie

Les amygdales étant un foyer infectieux chez certains personnes, on peut les soumettre à un traitement antibiotique prolongé pour tenter une stérilisation.

D'autres méthodes alternatives sont préconisées comme :

  • des cures thermales, souvent recommandées pour traiter les voies respiratoires ;
  • les médecines douces comme l'homéopathie ou les oligoéléments, etc.
Lire l'article Ooreka

Besoin de plus d'infos sur la question ?

  • Ayez toutes les cartes en main grâce à la page du guide pour vous décider sur l'amygdalectomie.
  • Si vous choisissez la médecine douce, reportez-vous à notre fiche pratique bien prendre ses granules téléchargeable gratuitement !