Angine : les ganglions en signe d'alarme

Sommaire

 

L'angine est le plus souvent une maladie sans gravité. Il s'agit d'une inflammation des amygdales situées au fond de la gorge. D'origine infectieuse, elle se manifeste par un mal de gorge et de la fièvre.

Chaque année en France environ 9 millions d'angines sont diagnostiquées.

Origine virale ou bactérienne ?

Il existe deux types d'angine :

  • l'angine virale, la plus courante (50 % à 90 %), est due à un virus ;
  • l'angine bactérienne est due à une bactérie, le plus souvent un streptocoque béta-hémolytique du groupe A. Elle représente 25 % à 40 % des cas chez l'enfant, et seulement 10 % à 25 % chez l'adulte.

Le virus ou la bactérie est transmis par l'air, par la toux ou des éternuements, par contact physique ou par contact avec des objets contaminés par des sécrétions du nez ou de la gorge (jouets, mouchoirs, téléphone, etc.).

Il importe de bien distinguer ces deux types d'angine car les traitements diffèrent.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka

Indice : présence de ganglions

Symptômes communs

L'angine virale et l'angine bactérienne ont toutes deux des symptômes en commun :

  • fièvre ;
  • difficulté à avaler ;
  • maux de gorge accentués lors de la déglutitions ;
  • amygdales gonflées, rouges ou blanchâtres ;
  • parfois des douleurs abdominales et même des diarrhées chez l'enfant.

Ganglions spécifiques

Mais elles présentent aussi des différences, avec des signes distinctifs :

  • L'angine virale, par exemple, entraîne généralement une toux sèche qui survient après un rhume (contracté par un virus). L'enrouement est aussi un signe d'angine virale. Attention, la présence de ganglions diffus peut aussi permettre d'évoquer une angine virale.
  • Pour l'angine bactérienne, l'augmentation de volume des ganglions lymphatiques du cou, sensibles voire douloureux, donne une bonne indication au médecin. De plus, ce type d'angine ne donne pas toujours de toux.

En cas de doute : consulter

Un ganglion, qui devient palpable et sensible sous la peau dans une zone localisée (cou, aine, aisselle), est le plus souvent le symptôme d'une maladie bénigne (infections banales, mononucléose, rubéole...).

Si les ganglions restent sans cause apparente d'infection et qu'ils sont durs, indolores et que leur taille ne régresse pas au bout de trois semaines, mais au contraire augmente progressivement, il faut consulter son médecin. Bien que rare, une adénopathie peut être le signe d'une maladie plus grave. Il peut s'agir d'une tumeur nécessitant un traitement et une prise en charge spécifique.

Besoin de plus d'infos sur la question ?

  • En cas de sinusite vous pouvez aussi avoir des ganglions. Suivez pas à pas notre fiche pratique soigner une sinusite.
  • Téléchargez gratuitement notre guide du rhume pour venir à bout du nez qui coule !